Accueil | Actualité | Affaire Darmanin : la seconde plaignante raconte les multiples échanges avec l’élu

Affaire Darmanin : la seconde plaignante raconte les multiples échanges avec l’élu

Une relation sexuelle peut-elle constituer un abus de faiblesse ? C’est la délicate question posée par la plainte déposée le 13 février par une femme à l’encontre de Gérald Darmanin, le ministre de l’Action et des Comptes publics. Cette deuxième plaignante explique être allée trouver la police après la révélation de la première plainte d’une femme pour viol, finalement classée sans suite.

« Je pense qu’il a abusé de moi, de ma faiblesse », a déclaré cette femme à la police, en analysant a posteriori la relation nouée avec l’élu à partir de septembre 2015, et qui a donné lieu à l’ouverture par le parquet de Paris d’une enquête préliminaire.

Dans sa plainte, dont le site Mediapart a dévoilé hier de larges extraits, Sarah*, que le site d’information a également pu rencontrer, explique, preuves à l’appui, que l’ancien maire de Tourcoing (Nord) lui a envoyé nombre de SMS et a fait avancer son dossier de demande de logement. Elle explique, preuve à l’appui, que l’ancien maire de Tourcoing lui a envoyé nombre de SMS et fait avancer son dossier de demande de logement. En échange, il lui aurait envoyé plusieurs signaux pour lui faire comprendre qu’il en attendait une récompense en nature, toujours selon elle. Cette dernière se serait « sentie obligée », raconte-t-elle.

« Je me présente à vous car j’ai vu à la télé qu’une femme avait déposé plainte contre Gérald Darmanin pour des faits de viol. Moi aussi, j’ai été abusée par M. Darmanin. C’était en 2016. […] Je pense qu’il a abusé de moi, de ma faiblesse. » C’est ainsi que le 13 février, Sarah s’est présentée à la police, et que le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire.

« Il a abusé de moi mais il ne m’a pas forcée à avoir des relations sexuelles »

A plusieurs reprises, dans son témoignage, Sarah précise que Gérald Darmanin ne lui a pas demandé clairement ce qu’il a finalement obtenu d’elle : « Il a abusé de moi mais il ne m’a pas forcée à avoir des relations sexuelles avec lui. […] Je me sentais obligée de le faire pour avoir un logement et un travail. » Elle explique plutôt comment, selon elle, il aurait multiplié les sous-entendus et préparé sa mise en condition. Il aurait par exemple donné son numéro de téléphone personnel dès leur première rencontre à la mairie, comme il le fait souvent selon un proche. Lors d’un entretien dans son bureau, il lui aurait ensuite demandé si elle était célibataire, si elle « se faisait embêter », si elle « avait des frères et sœurs ». Puis lui aurait fait quatre bises appuyées. Un échange de message s’ensuit, puis une visite de l’appartement de la jeune femme pour constater sa précarité. Là, l’édile aurait alors posé la main sur sa cuisse, puis lui aurait fait comprendre qu’il avait mal à la nuque en espérant un massage. Ce jour-là, le rendez-vous se serait terminé avec deux fellations, faites dans un étrange contexte.

Darmanin nie tout abus de faiblesse

Plusieurs courriers sont ensuite échangés qui lui prouve que son dossier de demande de logement avance. D’autres rendez-vous auront lieu. D’autres rapports aussi.

La jeune femme dit finalement avoir été « attachée à lui » et avoir même pensé qu’ils allaient « être un couple » : « Ce n’était pas physique mais il m’a proposé des choses. Il a dit qu’il allait m’aider. » Elle raconte avoir cru qu’il l’« aimait bien », l’« estimait », la « considérait ». Mais « par la suite, je me suis rendu compte que je me faisais des films », a-t-elle encore confié à Mediapart. La plaignante n’a finalement jamais obtenu le logement tant espéré.

LIRE AUSSI >Gérald Darmanin : «Je n’ai jamais abusé d’aucune femme ni de mon pouvoir»

Joint dimanche par notre journal, Me Pierre-Olivier Sur, l’un des avocats de Gérald Darmanin, a réaffirmé que ce dernier n’avait « jamais abusé de la faiblesse ou de l’intégrité de quiconque » sans autre commentaire, insistant sur « les deux classements sans suite d’une première plainte pour viol » visant le ministre.

*Le prénom a été modifié

Comments

comments

Lire l'article depuis la source

x

Check Also

François Molins : «Une femme agressée doit le signaler au plus vite»

Pour le grand public, il incarne la figure du procureur antiterroriste, celui que l’actualité récente ...

Partages