Accueil | Actualité | Alt-J à Bercy, la voix du succès

Alt-J à Bercy, la voix du succès

Après deux premiers albums, un passage par le Lollapalooza à Paris et par le Zénith ainsi qu’un troisième album sorti en juin 2017, Le groupe anglais se paie le luxe de jouer à Bercy pour un concert unique en France. On a hâte.

En 2012, le groupe anglais émergeait sur la scène musicale et se situait entre rock indépendant, électro, pop, folk et même hip-hop parfois. Grâce à leur premier album An Awesome Wave parmi lequel figuraient les titres Matilda , Breezeblocks et Dissolve me , ils reçurent le Mercury Music Prize (prix anglais qui récompense le meilleur album britannique de l’année). Pour les trois membres permanents du groupe: Joe Newman (guitare et voix), Gus Unger-Hamilton (clavier et voix) et Thom Green (batterie et samples), l’ascension a depuis été fulgurante.

En 2014 sortait un second album This is All Yours plus intimiste composé de treize titres dans lequel le groupe explorait un autre aspect de la musique électro et laissait derrière lui toute une part de ses admirateurs surpris par des chansons plus expérimentales et moins faciles d’accès. Il jouit cependant d’une réception positive puisque l’album est nominé aux Grammy Awards dans la catégorie «meilleur album de musique alternative» en 2015.

Ambivalence

Deux ans plus tard, le groupe revient avec Relaxer , un recueil de huit titres très riches enregistré à Londres et qui combine à la fois force et douceur. Il dévoile des arrangements soignés mais plus discrets car les voix sont particulièrement travaillées et mises en lumière par un travail poussé des harmonies entre les deux chanteurs. Les instruments électroniques auxquels Alt-J nous avait habitués laissent de la place à des instruments plus classiques (guitare sèche, violoncelle, piano). Le groupe ose même une incursion dans le répertoire sacré avec la participation d’une chorale d’enfants et de l’orgue de la cathédrale d’Ely sur le titre Pleader qui clôt l’album. Mais la vraie découverte réside dans la voix de Joe Newman qui dévoile une amplitude folle, remarquable notamment dans la chanson House of The Rising Sun. Il parvient à donner à cette chanson maintes fois reprise (The Animals, Johnny Cash, Gregory Isaacs…) une gravité renouvelée. Et tout l’album est empreint d’une mélancolie née du contraste entre la musique, l’ambiance, son titre Relaxer et les paroles parfois dures.

Une ambivalence que l’on retrouve dans les titres Adeline, Last Year ou le premier titre dévoilé avant la sortie de l’album, 3WW. Dans les titresHit me Like That Snare et Deadcrush, Alt-J retrouve aussi l’entrain de Breezeblocks ou Dissolve me. Le groupe cultive par ailleurs une esthétique marquée par la culture numérique que l’on retrouve jusque dans son nom (Alt + J est le raccourci clavier des ordinateurs Apple pour faire la lettre delta). Cette identité visuelle forte transparaît dans des clips à l’esthétique très travaillée avec des références à l’histoire de l’art (Tesselate dans l’album An Awesome Wave), une narration parfois violente (Hunger of the Pine dans This is All Yours) et un scénario souvent déroutant (Deadcrush, In Cold Blood ou encore 3WW dans Relaxer).

Dans Relaxer, Alt-J offre une œuvre musicale concentrée en huit titres aux influences diverses qui réconcilie le groupe avec son public.

● Alt-J, Accorhotels Arena Bercy 8, bd de Bercy (XIIe). Tél.: 01 40 02 60 60. Le jeudi 11 janvier à 20 h . Places: de 51 € à 62 €.

Lire l'article depuis la source

x

Check Also

Des chaises high-tech «ascenseur» pour les arbitres de l'Open d'Australie

Parmi les quatre tournois du Grand Chelem, l’Open d’Australie est reconnu pour être celui qui ...

Partages