Accueil | Actualité | Bruno Tertrais : «Trump juge Abbas prêt à des concessions majeures. J'en doute»

Bruno Tertrais : «Trump juge Abbas prêt à des concessions majeures. J'en doute»

FIGAROVOX/ENTRETIEN – La décision de Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël a provoqué des remous. Le politologue Bruno Tertrais estime que cette annonce n’aura pas les effets escomptés.

LE FIGARO. – Donald Trump a reconnu, le 6 décembre, Jérusalem comme la capitale d’Israël. Est-ce une rupture historique par rapport à ses prédécesseurs?

Bruno TERTRAIS. – C’est une rupture dans la pratique, mais pas au plan des principes. Depuis l’Administration Clinton, les États-Unis ont cessé d’inclure Jérusalem-Est dans leur défininition des Territoires occupés. Et les présidents américains successifs, depuis le vote du Jerusalem Embassy Act en 1995 – quasiment à l’unanimité du Sénat – ont dû, tous les six mois, mettre leur veto au transfert de l’ambassade de Tel-Aviv à Jérusalem. Trump avait averti qu’il cesserait cette pratique. Il était d’autant plus déterminé que l’immense majorité des chrétiens «évangéliques» a voté pour lui et que Mike Pence, le vice-président, en est très proche. Une nouvelle fois, Trump fait ce qu’il dit et dit ce qu’il fait.

Cette décision isole-t-elle les États-Unis?

Ils sont le seul pays à avoir annoncé le transfert formel de l’ambassade à Jérusalem, qui sera peut-être concrétisé avant la fin du mandat de Trump – pas avant, car les contraintes juridiques et sécuritaires américaines sont très strictes. Mais il ne serait pas surprenant que quelques pays les suivent. Après tout, certains avaient leur chancellerie sur place jusque dans les …

Lire l'article depuis la source

x

Check Also

La main de Leïla : un conte sur l'amour et l'Algérie

Dans La main de Leïla , pièce qu’ils ont écrite et jouent avec le grand Azize ...

Partages