Accueil | Actualité | Ce que ne nous dit pas le plan de lutte contre la radicalisation du gouvernement

Ce que ne nous dit pas le plan de lutte contre la radicalisation du gouvernement

D’emblée il faut saluer l’effort de cohérence et de modestie dans les mesures gouvernementales, sur un sujet délicat sur lequel les annonces tonitruantes passées se sont fracassées sur la réalité… en faisant prendre à notre pays beaucoup de retard dans la gestion de la lutte contre la radicalisation .

Nous sommes nombreux à l’avoir souhaité, demandé, espéré… le gouvernement d’Edouard Philippe l’a fait. Enfin on parle de prévention et d’éducation dans la lutte contre la radicalisation.

Prévention à l’école, éducation aux médias, lutte contre les théories complotistes et professionnaliser les acteurs. Ces mesures étaient attendues et même réclamées dans cette même publication à tant de reprises.

Impliquer les acteurs de l’Internet, ils le sont déjà et de façon efficace, sans rejeter toute la responsabilité de la situation sur eux, ils ont un rôle de vecteur essentiel, leur implication est indispensable.

Ce que ne nous dit pas le plan annoncé concerne le fond de ces mesures.

Exemple: quelles sont les mesures qui accompagnent la rubrique « professionnaliser les acteurs »?

Va-t-on ouvrir comme à l’université de Sherbrooke une chaire de lutte contre la radicalisation?

A-t-on enfin constitué un comité scientifique chargé d’élaborer la base d’un programme commun à toutes les unités ou officines en charge parfois au petit bonheur la chance, de lutter contre la radicalisation?

D’ailleurs le Ministère ou le CIPDR ont-ils au moins une liste de ces unités ou associations?

Pas certain!

Encore une fois il n’est pas difficile de comprendre ,qu’il sera impossible de juger les résultats, même modestes, sans un minimum d’homogénéité des outils et des méthodes.

De la même façon, les outils d’évaluation de la dangerosité des personnes radicalisées ou en voie de l’être: où sont les outils, les méthodes, va-t-on s’inspirer des tests élaborés par les universités américaines et expérimentés ailleurs?

Pas un mot sur un autre sujet essentiel… quel budget et quel contrôle?

Un amendement déposé par Nathalie Goulet et Catherine Troenfle, adopté lors du passage au Sénat de la dernière loi anti terroriste permet de mieux contrôler les subventions versées aux acteurs de la radicalisation.

C’est encore insuffisant…

Il faudra, par exemple dans un texte à venir, compléter ce dispositif par une clarification et imposer que des associations ayant une activité cultuelle adoptent le statut prévu à cet effet par la loi de 1905 et leur interdire de jongler avec les textes en utilisant les dispositions plus favorables et plus souples de la loi de 1901.

Cette mesure qui figurait dans le texte sur l’égalité citoyenne a été sanctionné, comme étant un cavalier par le Conseil Constitutionnel.

Le plan annoncé est pragmatique, encore faut-il maintenant lui donner du contenu, imposer une méthode et assoir le tout sur les professionnels de façon transversale en y impliquant les représentants des cultes, de tous les cultes.

Un mot enfin sur les écoles hors contrat, à l’initiative de Francoise Gatel le sénat a adopté une proposition de loi pour un meilleur contrôle de ces écoles confessionnelles… cette mesure concerne toutes les écoles de toutes les religions au grand dam d’ailleurs des associations diocésaines.

Incontestablement plus en prise avec la réalité de la situation, le programme présenté par le Premier Ministre est encore fragile.

Le diable se loge dans les détails, il reste à veiller ensemble à sa réussite.

Pour ce faire, tous ceux et toutes celles qui travaillent sans relâche sur ce sujet sont à sa disposition, les rapports des commissions d’enquête et des missions d’information ne sont pas faits pour rester dans les tiroirs mais pour contribuer à la réflexion collective.

Le parlement et plus spécifiquement le sénat serait honoré d’être mis à contribution.

La route est encore longue pour venir à bout des extrémismes.

La créativité mortifère des semeurs de haine est sans limite, c’est ensemble et avec méthode et détermination que nous réduirons leurs impacts sur nos sociétés.

À voir également sur Le HuffPost:

Lire aussi :

Ce à quoi pourraient ressembler les quartiers pour détenus radicalisés

Les principaux points du plan anti-radicalisation dévoilé par Philippe

Un détenu suivi pour radicalisation agresse une surveillante dans les Bouches-du-Rhône

Pour suivre les dernières actualités en direct sur Le HuffPost, cliquez ici

Tous les matins, recevez gratuitement la newsletter du HuffPost

Retrouvez-nous sur notre page Facebook

Comments

comments

Lire l'article depuis la source

x

Check Also

La vague de froid change-t-elle notre comportement?

LES BLOGS Capuche, écharpe, blouson ou trucs de grand-mère, qu’est-ce qui est vraiment efficace? 26/02/2018 ...

Partages