Accueil | Actualité | Champs-Elysées : ce que l'on sait de l'attaque revendiquée par l'EI

Champs-Elysées : ce que l'on sait de l'attaque revendiquée par l'EI

Une fusillade a éclaté à Paris, sur l’avenue de Champs-Elysées, ce jeudi 20 avril dans la soirée. Vers 21 heures, la préfecture de police de la ville a conseillé aux citoyens d’éviter le secteur avant de confirmer une intervention de police en cours. 

Un policier a été tué et deux autres ont été blessés dans l’attaque. Une touriste a également été touchée au genou. L’attaquant a rapidement été abattu par la police. Le point sur la situation. 

#Ce qu’il s’est passé 

Des policiers ont été pris pour cibles par des tirs vers 21 heures ce jeudi, sur les Champs-Elysées, à Paris. 

La préfecture de police a souligné que les circonstances de l’attaque n’étaient « pas déterminées ».

« L’agresseur est arrivé en voiture, est sorti. Il a ouvert le feu sur le car de police à l’arme automatique, a tué l’un des policiers et a essayé de s’en prendre aux autres en courant », a rapporté une source policière. Une information confirmée sur Twitter par le ministère de l’intérieur : 

Choukri Chouanine, gérant d’un restaurant situé rue de Ponthieu, dans une rue adjacente, a raconté avoir entendu une « fusillade brève » mais avec « beaucoup de tirs ». « On a dû cacher nos clients dans nos sous-sols », a-t-il ajouté.

Le quartier a été bouclé et les stations de métro Ligne 1 George V, Roosevelt et Champs-Elysées-Clémenceau ont été fermées. Un dispositif de sécurité maximal a été déployé et d’importantes forces de police mobilisées. Un hélicoptère survolait la zone dans la soirée.

 

 

#La section antiterroriste saisie

L’agresseur a été « abattu en riposte », a expliqué le ministère. Une source judiciaire a également confirmé le décès de l’assaillant.

La section antiterroriste du parquet de Paris s’est saisie de l’enquête. Cette enquête en flagrance a été confiée à la Section antiterroriste (SAT) de la Brigade criminelle et la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), a précisé le parquet. 

Selon des proches de l’enquête, l’agresseur présumé était visé par une enquête antiterroriste pour avoir manifesté son intention de tuer des policiers. Une perquisition était en cours ce jeudi soir en Seine-et-Marne au domicile de cet homme. Il s’agit du titulaire de la carte grise du véhicule utilisé pour l’attaque. L’homme était par ailleurs connu pour des faits de droit commun datant de 2001. Il avait été condamné en 2005 à 15 ans de réclusion.

Champs-Elysées : le propriétaire de la voiture était connu de la police

« Les pistes sont d’ordre terroriste« , a de son côté confirmé le président de la république qui s’est exprimé en direct à la télévision ce jeudi après une réunion d’urgence à l’Elysée. Il a par ailleurs annoncé la tenue d’un conseil de Défense vendredi à 8h00.

#Le groupe EI revendique l’attaque

Un peu plus tard dans la soirée, le groupe Etat islamique a revendiqué la fusillade, via son organe de propagande Amaq, ce jeudi dans la soirée : 

« L’auteur de l’attaque des Champs-Elysées dans le centre de Paris est Abu Yussef le Belge, et c’est un des combattants de l’Etat islamique », a écrit Amaq.

(B.K – Avec AFP)

Lire l'article depuis la source

x

Check Also

Cherchez la femme met tout voile dehors

Née en Iran d’un père horticulteur et communiste, qui a été prisonnier politique, et d’une ...

Partages