Accueil | Actualité | Dakar-2018: faux départ de Loeb, sans freins

Dakar-2018: faux départ de Loeb, sans freins

PISCO (PÉROU) (AFP) – 

Le très attendu pilote français Sébastien Loeb, 29e de la première spéciale à plus de cinq minutes du vainqueur qatarien Nasser Al-Attiyah, a raté samedi son début de Dakar-2018, « à l’arrêt total » en raison de freins défaillants.

« Heureusement que c’était que 31 kilomètres! » Le pilote alsacien (Peugeot), en quête d’un premier sacre sur le célèbre rallye-raid pour sa troisième et dernière participation, n’a pas apprécié le désert en entrée, ces dunes entre Lima et Pisco servies chaud, sous le cagnard péruvien.

« Je l’ai faite sans frein! Zéro frein! », a-t-il lancé, sans savoir « d’où le problème venait », sachant qu’aucune alerte ne s’était allumée lors de la préparation. « Sans frein, c’est vraiment la +merde+! »

Après seulement trois kilomètres de course, Loeb a dû jouer avec son boîtier de vitesses, ralentir au sommet des dunes, voire se mettre « à l’arrêt total », pour éviter le pire.

Au final, il a perdu 5 min 37 sec sur Al-Attiyah (Toyota Gazoo), avant la spéciale de dimanche, similaire mais neuf fois plus longue (267 km).

Au-delà de Loeb, c’est toute l’équipe Peugeot, auréolée d’un triplé historique en 2017, qui va passer sa nuit à cogiter au bivouac de Pisco, balayé du sable tracté par le vent.

Le double tenant du titre Stéphane Peterhansel a perdu 2 min 15 sec (11e), et Cyril Despres 2 min 36 sec (15e).

« Je n’avais pas un bon feeling. Le soleil était haut, je ne voyais pas l’autre côté des crêtes. J’ai préféré être +safe+ », a indiqué l’expérimenté Peterhansel, recordman de victoires sur le Dakar (13).

– Sunderland en costaud –

« Il va falloir se réveiller! », a-t-il poursuivi.

Nasser Al-Attiyah, lui, n’a pas eu de problème de réveil. Le Qatarien, parti deuxième, a doublé Peterhansel parti deux minutes avant lui, comme un symbole de ses grandes ambitions sur cette édition, après son échec l’an passé (abandon).

« On s’est dit: on roule au début, on voit où on en est. On est très vite revenu sur Peterhansel. On a discuté quelques minutes derrière lui et on s’est dit: +allons-y!+ », raconte le copilote d’Al-Attiyah, le Français Matthieu Baumel, qui salue les qualités du Qatarien sur le sable. « On a un petit avantage », glisse-t-il.

Le talent du tandem sera mis à rude épreuve dès dimanche: ils partiront en tout premier dès 06H00 (11H00 GMT), avant les motos habituées à ouvrir la route. Une décision des organisations qui a pour but d’épicer la course, dans une étape qui comportera 90% de hors-piste…

Côté motos, le Britannique Sam Sunderland (KTM) a commencé la défense de son titre par une victoire devant le Français de Yamaha Adrien Van Beveren, à 32 secondes, pour les prémices d’un duel qui s’annonce haletant.

© 2018 AFP

Lire l'article depuis la source

x

Check Also

Aly Raisman réclame une enquête sur l'omerta dans la gymnastique américaine

CHICAGO (AFP) –  L’une des figures les plus connues de la gymnastique, la triple médaillée d’or ...

Partages