Accueil | Actualité | Débordements et opération de police : ce qu'il s'est passé dans le TGV Paris – Evian samedi matin

Débordements et opération de police : ce qu'il s'est passé dans le TGV Paris – Evian samedi matin

Des incidents ont impliqué deux cents personnes à bord d’un train qui a été détourné à la gare de Lyon Part-Dieu. Une opération de police d’une grande ampleur a été menée et trente personnes ont été arrêtées avant d’être relâchées.

Le train 6501 à destination d’Évian est parti de Paris samedi matin à 7h11 avec 660 voyageurs à son bord. Il a dû être détourné sur Lyon où il s’est arrêté à 9h20 après des débordements provoqués par des dizaines de voyageurs. Deux voyageurs choqués ont été pris en charge par les secours. Que s’est-il passé dans ce train? Tentons de faire le point.

• Combien étaient «les fauteurs de trouble»?

Selon la police, les incidents ont été causés par une «centaine de fauteurs de trouble appartenant à la communauté des gens du voyage». Selon des sources policères, ils se rendaient à la station de ski des Gets en Haute-Savoie. Tous étaient munis de billets précise TF1. «Ils étaient fortement éméchés, fumaient, avaient mis la musique à fond. Ils ont sali les rames mais pas dégradé au sens pénal du terme. Et ils ont fait peur au contrôleur et à des passagers», a précisé une source. Les débordements survenus à bord ont occasionné «d’importantes dégradations, notamment dans le wagon-bar», a détaillé à son tour la police. De la nourriture et des boissons ont également été renversées dans le train. «Deux rames de jeunes gens excités et dont certains étaient alcoolisés, ont commis des incivilités et des dégradations mais il n’y a pas eu de violences», a précisé la préfecture.

• Combien d’arrestations?

Trente personnes ont été interpellées au cours d’une importante opération de police selon des sources concordantes. Outre les 30 personnes arrêtées, cinquante autres ont été évincées du train, avant que celui-ci ne puisse repartir. En fin de journée, toutes les personnes interpellées avaient été remises en liberté, sauf une toujours en garde à vue après des coups au visage à l’encontre d’un policier au moment de son arrestation.

• Combien de forces de l’ordre impliquées?

L’opération policière a été de grande ampleur. Au total, ce sont près d’une centaine de membres des forces de l’ordre qui ont dû intervenir. Parmi eux, la police nationale, la police ferroviaire, la police municipale ainsi que des militaires de l’opération Sentinelle. C’est le contrôleur du train qui avait demandé l’intervention de la police face à un groupe «nombreux, très turbulent et difficilement gérable», indique la SNCF. Dans une réaction, le président de la Région Auvergne Rhône Alpes, Laurent Wauquiez a tenu à rendre «hommage à l’action de nos policiers et militaires mobilisés pour rétablir l’ordre».

• Combien de retard?

Les voyageurs ont dû attendre 1h45 à Lyon avant que leur train ne puisse repartir. Finalement le TGV n’ira pas jusqu’à Évian. Il s’est en effet arrêté en gare d’Annemasse et les voyageurs ont emprunté un TER pour terminer leur trajet. Le TGV d’origine est lui reparti vers Paris, vide.

Lire l'article depuis la source

x

Check Also

Le pape François dénonce avec force le «féminicide»

Au Pérou, le Pape a attaqué le fléau latino-américain de la violence faite aux femmes. ...

Partages