Accueil | Actualité | En Libye, des migrants vendus et transformés en esclaves

En Libye, des migrants vendus et transformés en esclaves

La scène se déroule en Libye, non loin de Tripoli. « Qui a besoin d’un mineur ? C’est un mineur, un grand homme fort, il va creuser », répète un vendeur dans la vidéo obtenue par la chaîne américaine CNN.

Sur les images, de jeunes hommes attendent en file indienne de savoir à quel prix ils vont être cédés aux acheteurs qui les entourent. Les enchères terminées, ils sont vendus à peine quelques centaines d’euros. 

Dans le cadre d’un reportage diffusé mardi soir sur le site internet de CNN, la correspondante internationale senior Nima Elbagir, le producteur Raja Razek et le photojournaliste Alex Platt ont documenté le sort de ces migrants restés côté libyens et comment certains d’entre eux sont transformés en simple marchandises par les passeurs. 

« Bien sûr que j’ai été vendu »

Comme le note BFMTV, cette vidéo est le point de départ de l’enquête des journalistes, qui ont par la suite pu constater l’ampleur du drame sur place. D’abord près de la capitale libyenne, au cours d’une vente aux enchères sordide puis dans un centre de détention à Tripoli où sont regroupés des migrants originaires du Niger, du Mali ou du Ghana. Là, beaucoup d’entre eux font les mêmes récits et racontent comment ils ont   été réduits en esclavage : « Bien sûr que j’ai été vendu en venant ici. Regardez-nous, la plupart d’entre nous avons été frappés, mutilés. »

« Ils nous ont pris de force », détaille un autre, qui évoque lui aussi les violences subies par la plupart de ces migrants, transformés en esclaves. 

Un des administrateurs du centre de détention concède la difficulté des autorités locales à traiter le problème : « Il y a des rumeurs mais rien de concret ne se passe devant nous. »

La journaliste de CNN Lauren Said-Moorhouse raconte au journal « Le Temps » :

« La plupart ont tout vendu pour financer un voyage à travers la Libye jusqu’à la côte et traverser ensuite la Méditerranée. Néanmoins, après que des mesures drastiques ont été prises par les gardes-côtes libyens, de moins en moins de bateaux parviennent à réaliser cette traversée, laissant les passeurs avec un grand nombre de passagers désemparés. C’est ainsi que les passeurs deviennent des maîtres, et que les migrants et réfugiés se transforment en esclaves. »

Le sort des migrants en question

Des révélations qui interviennent au moment où le haut-commissaire de l’ONU aux droits de l’homme, Zeid Ra’ad Al Hussein, a jugé « inhumaine » la coopération de l’UE avec la Libye, en dénonçant la détérioration des conditions de détention des migrants dans ce pays.

Réagissant à ces critiques, un porte-parole de l’UE a indiqué que Bruxelles souhaitait renforcer les capacités des gardes-côtes libyens pour sauver des vies, tout en s’assurant que les migrants sont renvoyés dans des « centres de réception en conformité avec les standards humanitaires internationaux ».

Le porte-parole de la marine libyenne, Ayoub Kacem, a appelé aussi les pays européens à plus de coopération en Méditerranée, tout en fustigeant de nouveau le travail des ONG qui opèrent dans le sauvetage de migrants près des côtes libyennes.

(avec AFP)

L'Obs

Lire l'article depuis la source

x

Check Also

Rugby: le XV de France s'incline de nouveau, contre Afrique du Sud (17-18)

SAINT-DENIS (AFP) –  Le XV de France a concédé une sixième défaite de suite, dont cinq ...

Partages