Accueil | Actualité | En marche! vers la crise : la démobilisation ronge déjà le mouvement

En marche! vers la crise : la démobilisation ronge déjà le mouvement

LE SCAN POLITIQUE – Une centaine de cadres et de militants s’apprêteraient à démissionner collectivement pour protester contre la désignation de la nouvelle direction et pour dénoncer les dérives de la majorité.

Christophe Castaner ne va pas avoir la tâche facile. En passe de prendre les commandes de la République en Marche, ce samedi, il va en effet devoir redresser une structure en pleine crise. Six mois après l’arrivée au pouvoir du président Emmanuel Macron, son parti menace de se déliter et les critiques fusent depuis la base. Selon les informations de France Info ce mardi, un document vient annoncer la démission d’une centaine de militants et cadres LREM, à l’initiative de la militante Tiphaine Beaulieu. Les signataires, dont les noms restent inconnus à cette heure, entendraient ainsi protester contre «le manque de démocratie interne» et marquer leur déception face à la persistance des usages du «vieux monde» au sein du parti de la majorité.

Sous le nom de «Tribune des 100 démocrates», le texte critique le choix de la nouvelle direction du parti, alors que Christophe Castaner est le candidat unique au poste de délégué général, et que la nouvelle direction annoncée est perçue comme parisienne et coupée de sa base. Les signataires, présentés comme de simples adhérents, mais aussi des élus, des animateurs de comités locaux ou encore des référents issus de toute la France, déplorent le mode de désignation du futur chef du parti. En effet, les 380.000 militants revendiqués par LREM ne pourront pas voter comme dans les autres partis: seul un collège d’élus, de cadres et 200 militants tirés au sort sont appelés à exprimer leur choix ce samedi, avec un seul candidat proposé. Déplorant des pratiques de «l’ancien monde», les marcheurs déçus écornent également le culte de la personnalité voué à Brigitte et Emmanuel Macron.

Seul 10% de l’effectif militant encore actif

Cette démarche atteste de la situation de crise profonde qui marque l’ouverture du congrès de LREM, à Lyon ce samedi. En interne, les indicateurs sont au rouge, et la démobilisation s’accroît. «Au printemps, nous avions une base militante très active, très horizontale avec en complément une grande verticalité. Après l’élection présidentielle, la verticalité a disparu. Nous allons la retrouver», explique dans les colonnes de l’Opinion Laurent Saint-Martin, vice-président LREM de la commission des Finances. «Le parti est en état dépressif. Il est difficile d’être un parti de gouvernement surtout quand vous n’avez qu’un an d’existence», souligne-t-il. En effet, moins d’un tiers des marcheurs serait encore mobilisé, soit «autour de 120.000» militants concède Arnaud Leroy, futur membre de la direction LREM. L’Opinion va même plus loin et relève qu’en réalité, c’est probablement à peine 10% de l’effectif qui reste actif.

La mission de Christophe Castaner s’annonce donc périlleuse, et lui-même aurait confié à ses proches ne pas aimer l’ambiance régnant au sein de LREM à la veille du congrès qui doit marquer son arrivée aux commandes. Il devra restructurer la formation en urgence afin de la mettre en ordre de marche pour les prochains grands scrutins. Les élections européennes de 2019 et les élections municipales de 2020 pourraient virer à la catastrophe sans inversion de la tendance actuelle. Gabriel Attal, député LREM des Hauts-de-Seine, prévient à ce sujet: «N’en déplaise aux oppositions, nous nous inscrivons dans la durée. Le président n’a jamais dit que l’architecture du mouvement était figée. Grâce à Castaner, nous allons encore le professionnaliser dans la perspective des municipales».

Lire l'article depuis la source

x

Check Also

Le Brio : l'avocate du diable

VIDÉO – Yvan Attal capture habilement le vivre-ensemble dans ce film qui met face à ...

Partages