Accueil | Actualité | Johnny Hallyday face à Daniel Rondeau en 1998 : « Il reste Mick Jagger et moi »

Johnny Hallyday face à Daniel Rondeau en 1998 : « Il reste Mick Jagger et moi »

Johnny Halliday en concert au Parc des princes, en 2003.

[En janvier 1998, l’écrivain Daniel Rondeau rencontre Johnny Hallyday au bar de l’Hôtel Raphaël à Paris. Dans ce décor de boiseries, de velours rouge, de sièges sans vrai confort, le chanteur se livre lors d’un entretien au long cours qui sera publié dans Le Monde du 7 janvier 1998. Extraits.]

« Je sais, dit Johnny Hallyday, que le bonheur n’existe pas. Il n’y a que la douleur. Et la solitude. J’en parle souvent parce que je ne peux parler que de ce que je connais. Quand je dis parler, c’est chanter. »

Jamais plein, jamais vide non plus, son verre de vin blanc est devant lui. L’artiste s’exprime avec une lucidité incisive. Il y a pourtant chez lui une timidité qui n’est ni une invention ni une pose, mais plutôt une forme de prudence dictée par l’instinct. Son caractère abrupt, son orgueil, la conscience de ce qu’il est une star lui soufflent de se cadenasser dans sa part d’ombre dès qu’il craint de ne pas être à la hauteur de ce qu’on attend de lui.

« Quand je suis devenu vraiment Johnny Hallyday, c’est-à-dire riche et célèbre, plus célèbre que riche d’ailleurs, j’ai continué de penser à mon père. Il m’intriguait. Je l’ai fait venir à Paris. Je me suis retrouvé en face d’un clodo. Il m’a dit : Bonjour Jean-Philippe, avec un accent belge très prononcé. Je l’ai emmené chez Cerruti pour lui faire faire une garde-robe complète. Trois complets sur mesure, une douzaine de chemises, etc. Puis je lui ai loué un appartement à Paris.

Quelques jours plus tard, le directeur de Cerruti m’appelle. Mon père avait tenté de lui revendre ses vêtements au quart du prix. Puis j’ai reçu un appel de l’agence qui avait loué l’appartement. Mon père avait tout détruit, mis le feu aux rideaux et s’en était retourné à l’Armée du salut. Il n’y avait rien à faire. Je sais qu’il dormait dans les caniveaux. Même les flics refusaient d’aller le chercher. De temps en temps, j’avais des nouvelles de lui,…

Lire l'article depuis la source

x

Check Also

« Face aux flux migratoires, nous, les maires, sommes au pied du mur »

Par Collectif Tribune. Les flux migratoires, qui se sont renforcés ces dernières années en Europe, ...

Partages