Accueil | Actualité | La case BD: Commissaire Kouamé ou le polar déjanté dans les bas-fonds d'Abidjan

La case BD: Commissaire Kouamé ou le polar déjanté dans les bas-fonds d'Abidjan

LA CASE BD – Chaque week-end, retrouvez notre rendez-vous BD. La nouvelle série ivoirienne de Marguerite Abouet, l’auteur d’Aya de Yopougon, met en scène Marius Kouamé dans un polar loufoque et jubilatoire sur fond de criminalité dans les bas-fonds d’Abidjan. Le dessinateur Donatien Mary décrypte pour Le Figaro une planche de l’album.

«Mes chers compatriotes, comme vous le savez, la Côte d’Ivoire vit une période de troubles sans précédent! Des jeunes nourris en son sein braquent véhicules, commerces résidences, banques et même hôpitaux! Et tout cela sur fond de drogue! J’ai décidé de nommer à la tête de la police du pays le commissaire Kouamé, autrement appelé le scorpion urbain».

Changement de ton et de décor dans la nouvelle série ivoirienne de Marguerite Abouet. Les bas-fonds d’Abidjan ont supplanté , dans ce polar loufoque et déjanté, l’Afrique insouciante où vivait son héroïne Aya de Yopougon . Prostitués, truands, délinquants imbibés de drogue composent le décor hétéroclite de l’album Commissaire Kouamé, un si joli jardin.

Accompagné de son fidèle adjoint Arsène, le commissaire Marius Kouamé enquête sur une délicate affaire. Le célèbre magistrat Traoré Compliqué a été assassiné dans un miteux hôtel de passe d’Abidjan. Intimidation, tortures… Accompagné de son fidèle adjoint Arsène, le policier va traquer sans relâche et malmener d’une drôle de façon les suspects.

Entre veine comique et polar sanglant, Marguerite Abouet livre un album jubilatoire, au rythme endiablé avec une galerie de personnages hauts en couleur, parfaitement relayé par le dessin expressif de Donatien Mary.


La case BD: décryptage de la planche par le dessinateur Donatien Mary

Donatien Mary/ Gallimard
Donatien Mary/ Gallimard Gallimard

«Pour cet album, j’ai utilisé un dessin simple. Le plan large de la première case marque un changement de lieu et faire comprendre au lecteur tout de suite qu’on n’est pas au même endroit. Il y a eu une arrestation dans la page précédente et là on est au commissariat. On voit que l’interpellation a été musclée, le suspect s’étant pris une balle dans chaque genou.

J’ai eu l’idée de rajouter, par rapport au scénario, l’assistant du commissaire, Arsène, en train de réajuster ses gants Mapa, de façon très naturelle avant de torturer le suspect, nommé Redman. J’ai aussi dessiné un sourire à Arsène car fasciné par le commissaire il est ravi de le soutenir en torturant le voyou. Accroché au radiateur avec ses plaies ouvertes, le délinquant n’en mène pas large face au commissaire.

Concernant le physique de Kouamé, je l’ai imaginé chic, grand et dégingandé, comme un personnage décalé, vieille génération. Ses traits sont facilement identifiables. On ne voit jamais ses yeux, soutenir son côté placide, comme un vieux sage qui vit au-dessus des autres. Il a souvent les sourcils froncés, car il est souvent en train de réfléchir. C’est lui qui dirige les choses. Son assistant, lui, a ses yeux et est posté souvent derrière son chef à le regarder subjugué.

Le commissaire est celui qui insuffle l’énergie. Il évolue dans un rythme effréné en contraste avec tous les policiers, ici en arrière-plan passifs ou fumant des cigarettes. Dans la troisième case, je souligne le mouvement pour montrer l’extrême dynamisme du commissaire.

Je voulais absolument souligner l’aspect comique de l’écriture de Marguerite qui se traduit, ici, par les expressions des personnages en décalage avec la scène. Ils mènent une scène de torture et ils ont l’air de faire ça très naturellement.

Enfin, j’ai joué avec les bords des cases, permettant une variété de composition. Généralement, je les estompe pour retranscrire le dynamisme et la vivacité des personnages, et je les utilise pour délimiter un décor.»

Commissaire Kouamé, Un si joli jardin, Marguerite Abouet et Donatien Mary, Gallimard, 20 euros.

Lire l'article depuis la source

x

Check Also

Mylène Demongeot reçoit la Légion d'honneur des mains de Boris Cyrulnik

NOUS Y ÉTIONS – Vendredi 15 décembre, la comédienne – inoubliable fiancée de Jean Marais ...

Partages