Accueil | Actualité | La convention d'assurance-chômage signée

La convention d'assurance-chômage signée

La course contre la montre est en passe d’être gagnée. Le Medef, la CPME, l’U2P, pour les employeurs, la CFDT, la CFE-CGC, la CFTC, et FO, côté syndical, ont signé vendredi la nouvelle convention d’assurance-chômage, qui retranscrit leur accord du 28 mars dernier. La convention doit maintenant être examinée par les services du ministère du Travail avant de recevoir l’agrément du gouvernement. Ce dernier devrait être en mesure de l’accorder la première semaine de mai, juste avant le deuxième tour de l’élection présidentielle. La convention pourra ensuite entrer en vigueur le 1er septembre. Elle sera valable trois ans.

Syndicats et patronat tenaient à obtenir l’agrément de ce gouvernement pour entamer en position de force leurs relations avec le suivant. Ils ont en ligne de mire les programmes d’Emmanuel Macron et François Fillon. Le premier souhaite que l’État reprenne la main sur la gestion de l’assurance-chômage. Le second, un cran moins interventionniste, veut contraindre le champ de négociations des partenaires sociaux, en imposant notamment les allocations-chômage dégressives. Les signataires de la convention pensent que ce nouvel accord contraindra le (ou la) futur(e) président(e) à respecter leurs prérogatives. Officiellement, ils n’en ont reçu aucune garantie.

La convention d’assurance-chômage apporte plusieurs changements de poids au régime. Elle réforme la règle de calcul de l’allocation pour prendre en compte de façon homogène le salaire perdu, durcit l’indemnisation des chômeurs de plus de 50 ans et acte la création d’une contribution exceptionnelle temporaire de 0,05 % de la masse salariale pour tous les contrats de travail, à la charge des entreprises.

Lire l'article depuis la source

x

Check Also

Législatives : y a-t-il eu des votes catholique, juif et musulman ?

Dans cette étude, l’Ifop analyse le vote des Français revendiquant leur appartenance à une religion. ...

Partages