Accueil | Actualité | La gazette des JO : ail et curling, tutu et patinage, Fourcade et porte-drapeau

La gazette des JO : ail et curling, tutu et patinage, Fourcade et porte-drapeau

Alina Zagitova.
  • C’était aujourd’hui

Martin Fourcade peut beaucoup mais pas tout. Le compteur du porte-drapeau tricolore s’est définitivement arrêté à trois médailles d’or à Pyeongchang. La France n’a pris que la cinquième place du relais hommes, dernière épreuve des Jeux en biathlon. Très bons dans les épreuves par équipe jusque-là (or en mixte, bronze chez les dames), les Bleus ont fini à plus de trois minutes des vainqueurs Suédois. Il n’a pas fallu attendre longtemps pour voir toute chance de podium annihilée. Premier relayeur français, Simon Desthieux a réalisé un deuxième tir catastrophique, sanctionné d’un double passage sur l’anneau de pénalité. « Tous les rebondissements sont possibles, mais en étant à deux minutes après le premier relais, c’est impossible d’imaginer quoi que ce soit », résumait Fourcade après la course.

Image trompeuse.

La Russie ne finira pas ces Jeux sans or ! Comme attendu, Alina Zagitova et Evgenia Medvedeva se sont disputé le titre en patinage artistique. La première (15 ans) a pris le dessus sur son aînée (18 ans) au terme d’une bataille de haut vol. L’hymne olympique a résonné pour la première fois lors de la remise des médailles, Zagitova appartenant au contingent admis à participer aux JO sous la bannière aux anneaux.

Alina Zagitova.

La joie des Russes a toutefois été de courte durée. Juste avant le podium des patineuses, on apprenait le contrôle positif de la pilote de bobsleigh Nadezhda Sergeeva, douzième de la compétition. Sa fédération a évoqué dans un communiqué un « médicament pour le cœur inscrit sur la liste des substances interdites ».

Intouchable il y a quatre ans à Sotchi, où les hommes avaient réalisé un triplé inédit, l’équipe de France de ski cross repartira sans médaille de Corée du Sud. La nuit dernière, Alizée Baron restait inconsolable, après sa demi-finale. La Montpelliéraine venait d’être disqualifiée à cause d’un virage négocié du mauvais côté de la porte. La skieuse de 25 ans a ensuite remporté la petite finale, finissant cinquième de la compétition. La meilleure place du ski cross français sur ces Jeux.

Lire aussi :
 

JO d’hiver 2018 : en attendant son drapeau, la Russie retrouve l’or grâce à ses patineuses

  • C’est au programme

La nuit prochaine sera très courte pour ceux qui voudront suivre les Français engagés. Dès 1 h 27 (et pas une minute de plus), Sylvain Dufour sera au départ de la première manche des qualifications du géant parallèle, en snowboard.

En ski alpin, les huitièmes de finale de l’épreuve par équipes sont prévus à 3 heures. Championne du monde en titre, la France fera son entrée dans la compétition contre le Canada. La sélection bleue a été annoncée : Adeline Baud-Mugnier, Nastasia Noens et Tessa Worley chez les femmes ; Julien Lizeroux, Clément Noel et Alexis Pinturault chez les hommes.

Partant du principe que la France s’imposera en ski alpin, il restera peu de temps avant que le départ du 50 kilomètres classique du ski de fond soit donné, à 6 heures. A suivre pour les plus patriotes d’entre nous : Jean-Marc Gaillard et Clément Parisse.

Et si la journée – et l’olympiade – tricolore se finissait sur une médaille ? C’est le pari que nous faisons. Notre seul représentant en patinage de vitesse « grande piste », Alexis Contin, sera aligné sur la mass start, épreuve dont il est vice-champion du monde. Coup d’envoi des demi-finales à 12 h 45.

Lire aussi :
 

JO 2018 : Alexis Contin, le soliste du patinage français

  • C’est dit

« Ça serait une bonne chose que je ne sois pas porte-drapeau »

Interrogé à sa sortie du relais, Martin Fourcade a confirmé qu’il préférerait ne pas être l’athlète qui emmènera la délégation française lors de la cérémonie de clôture des Jeux. « Comme ça avait été le cas pour moi à Sotchi, je pense que le porte-drapeau de la cérémonie de clôture doit symboliser l’avenir, et je ne suis pas sûr d’être l’athlète qui symbolise le plus l’avenir en équipe de France », a expliqué le triple champion olympique de Pyeongchang.

Pyeongchang 2018 Winter Olympics ? Opening Ceremony ? Pyeongchang Olympic Stadium- Pyeongchang, South Korea ? February 9, 2018 - Martin Fourcade of France carries the national flag during the opening ceremony. REUTERS/Phil Noble

Sans s’avancer sur l’identité du (ou de la) préposé(e) à la bannière, le Pyrénéen a évoqué le patineur de vitesse Alexis Contin : « Ce serait un beau message envoyé aux athlètes des sports de glace pour le futur. »

  • C’est vu
Alain Zagitovo.

Quoi de mieux que l’irruption d’une belle ballerine pour lutter contre la monotonie du patinage de vitesse ? Le Néerlandais (encore un !) Kjeld Nuis avait tout juste remporté le 1 000 mètres qu’un homme – d’un tutu vêtu et d’une tête de singe protégé – fit son irruption sur la glace de Gangneung.

Visiblement porteur de « paix » et d’« amour », l’individu s’est fait prestement sortir par les agents de sécurité de la patinoire. Avant son expulsion, le « streaker » a eu le temps d’esquisser quelques pas de danse. Une chorégraphie difficilement supportable pour qui a regardé les prestations d’Alina Zagitova.

  • C’est chic Corée
Les « filles de l’ail ».

Pour sa deuxième participation aux Jeux, l’équipe féminine coréenne s’est qualifiée pour la finale de curling. Les « Garlic girls » (« Filles de l’ail »), originaires d’une région réputée pour la culture de cette plante, ont battu sur le fil le Japon (8-7), dans le dernier carré. Elles rejoignent en finale la Suède, titrée aux Jeux de 2006 et 2010 et favorite cette année.

Assurées de finir la compétition médaillées, les Coréennes sont devenues de véritables phénomènes dans un pays au rapport pourtant ténu avec le curling, remplissant la patinoire à chacune de leurs parties. Vainqueure plus tôt dans la compétition de la Suisse et du Canada, deux des trois grandes nations de ce sport, la « Team Kim » ne se laissera pas impressionner par les Suédoises. On a déjà hâte d’entendre la réaction des commentateurs locaux en cas de victoire.

Lire aussi :
 

JO d’hiver 2018 : l’équipe féminine de Corée du Sud va-t-elle rendre le curling « cool » ?

Comments

comments

Lire l'article depuis la source

x

Check Also

Disparition du Vol MH370 : le cri de colère d’un père

Livre. « On a commencé par le début, il m’a raconté, j’ai enregistré puis retranscris, c’est ...

Partages