Accueil | Actualité | L'Europe s'est construite sur la solidarité, nous devons poursuivre cet héritage pour aider les réfugiés

L'Europe s'est construite sur la solidarité, nous devons poursuivre cet héritage pour aider les réfugiés

Dans un appel diffusé en France et en Italie en octobre dernier, plusieurs responsables politiques et associatifs français, italiens, européens, indiquaient vouloir s’impliquer dans la réflexion et s’engager dans l’action quant à la réaffirmation de notre modèle civilisationnel national et européen, à l’aune de l’intensité récurrente des flux migratoires. Il en a été question, lors d’une table-ronde organisée, le 5 décembre dernier, par l’Institut Prospective et Sécurité en Europe (IPSE) au Bureau de représentation du Parlement européen à Paris ; il en sera question prochainement à Rome au Senat.

Car la réalité de l’immigration, au-delà du profond drame humain qui la caractérise et les causes géopolitiques intrinsèques qui l’expliquent, nous oblige à nous interroger sur notre propre capacité à l’assumer.

Comme l’indiquait Hannah Arendt, « c’est dans le vide de la pensée que s’inscrit le mal ». Le paradoxe réside, d’ailleurs, dans le fait que ce sont nos propres faiblesses identitaires, voire le délitement de nos valeurs culturelles et sociétales, qui sont mises en exergue à travers ce qu’il est convenu de décrire comme la crise migratoire.

Les voix autorisées de Donald Tusk, Président du Conseil Européen, Moussa Faki Mohamat, Président de la Commission de l’Union Africaine, du Président ghanéen Nana Akufo-Addo et celle d’Emmanuel Macron sont unanimes à exprimer qu’il est plus qu’urgent d’analyser, sans haine ni a priori, la capacité de nos sociétés à relever le défi de l’intégration et du vivre ensemble.

Si notre vocation humaniste et judéo chrétienne est d’accueillir de manière solidaire les migrants qui échappent aux griffes des marchands de mort, notre impérieux devoir est de rechercher et de nommer les causes et les origines des tensions économiques, culturelles, religieuses, climatiques et géopolitiques qui entrainent ces migrations.

L’Europe doit aussi avoir le courage de revendiquer le socle des valeurs sur lesquelles elle repose, qui lui ont permis au-delà des drames du passé, de se forger et d’accueillir sur son sol des citoyens déracinés ou chassés de leur pays à partir du moment où ceux-ci faisaient leurs ces valeurs plurielles et fondatrices d’une identité commune.

Si la situation nous oblige nous européens, ici et maintenant, à davantage d’empathie et de solidarité, il reste que celles-ci ne pourront s’exprimer pleinement qu’à partir d’une profonde réflexion sur les fondamentaux de notre vivre ensemble et de ce qu’il requiert de la part de celles et ceux qui désirent le partager.

Souhaitons que l’Europe en ait aujourd’hui le désir et la volonté.

Lire aussi :

Médecin humanitaire et ex-soutien de Macron, il rend sa Légion d’honneur pour dénoncer le traitement des migrants

Avant la bénédiction « Urbi et Orbi », le pape a appelé à l’accueil des migrants

Le Secours catholique va créer sa première agence immobilière sociale en 2018

Pour suivre les dernières actualités en direct sur Le HuffPost, cliquez ici

Tous les matins, recevez gratuitement la newsletter du HuffPost

Retrouvez-nous sur notre page Facebook

À voir également sur Le HuffPost:

Lire l'article depuis la source

x

Check Also

"Three Billboards: les panneaux de la vengeance" triomphe aux BAFTA et conforte son statut de favori des Oscars

CULTURE – Voici sans aucun doute le grand favori des Oscars. Après avoir déjà fait ...

Partages