Accueil | Actualité | Macron a eu tort quand il a affirmé que les Français n'aiment pas les réformes

Macron a eu tort quand il a affirmé que les Français n'aiment pas les réformes

Une étude de l’institut CSA, publiée cette semaine pour le compte du groupe Alter&Go, montre que les Français non seulement aiment le changement -l’élection du président de la République en mai en est la preuve- mais ils plébiscitent aussi les progrès et les innovations tant dans leur vie personnelle que professionnelle.

Certains sondages permettent de balayer quelques idées reçues, parfois bien ancrées dans l’opinion et même dans certaines têtes bien faites, comme celle du président de la République qui, en août dernier, avait fait le buzz en déclarant que les Français n’aiment pas les réformes. «La France n’est pas un pays réformable, les Françaises et les Français détestent les réformes, avait déclaré Emmanuel Macron à Bucarest. Dès qu’on peut éviter les réformes, on ne les fait pas. C’est un peuple qui déteste cela. Il faut lui expliquer où on va, et il faut lui proposer de se transformer en profondeur…»

L’enquête sur «les Français et le changement», réalisé mi-octobre par l’institut CSA pour le groupe Alter&Go, en partenariat avec HEC Paris, mais publiée cette semaine démontre justement le contraire. Non seulement les Français aiment le changement, mais ils le plébiscitent. «C’est une étude positive car elle montre que, s’il reste des craintes et des appréhensions, les Français aiment le changement et ne sont pas si rétifs que cela aux réformes, confirme ainsi Erwan Nabat, le directeur associé du groupe Alter&Go. Mais cela montre aussi qu’il y a une différence entre le réel et le fantasmé. Ainsi, on ne parle que de digitalisation mais si vous regardez bien, la digitalisation n’arrive qu’en 7ème position des changements vécus notamment par les managers. Les réorganisations et les restructurations sont bien plus le quotidien des salariés que la révolution digitale!» En voici les résultats les plus décoiffants.

● Les Français, et les managers en particulier, aiment le changement

Près de 7 Français sur 10 déclarent ainsi aimer le changement (68% exactement) dans leur vie personnelle et plus de 3 managers sur 4 (76% précisément). Mais ils l’affectionnent aussi dans le cadre professionnel avec des taux encore plus importants: 70% pour l’ensemble des Français et 83% pour les cadres avec des fonctions managériales.

Et ce, parce qu’ils ont envie «de nouveauté» et «d’enrichissement» sur le plan perso et professionnel pour l’ensemble des Français, mais également «de défi» pour les managers dans le cadre de leurs fonctions. Sur le plan personnel et professionnel, les Français et les managers jugent que le changement suscite enthousiasme, joie et stress dans des proportions quasi similaires (aux alentours respectivement de 80% pour les deux premiers items et 60% pour les deux derniers).

Seul changement, radicalement inversé cette fois-ci: le changement suscite de la confiance (entre 50% et 60%) sur le plan perso mais de la méfiance (entre 45% et 50%) sur le champ professionnel. Les termes de «progrès» et «innovation» sont ceux qui renvoient les connotations les plus positives (des occurrences à plus de 90%) tandis que les mots «restructuration» et plus encore «rupture» sont entendus négativement (à respectivement 59% et 82%).

● Les Français connaissent de plus en plus de changements

Près de 7 Français sur 10, encore une fois, ont le sentiment de connaître de plus en plus de changements par rapport à il y a 3 ans, que ce soit dans la vie personnelle ou professionnelle. Mieux, 3 sur 4 ont en connu «au moins un» à titre perso dans les 12 derniers mois: 56% ont essayé quelque chose de nouveau (sport, loisir…), 42% ont connu un événement familial (naissance, décès…), 39% ont changé de routine quotidienne (transports, vie de quartier…). Mais aussi au niveau professionnel: 42% ont connu une transformation au sein de leur entreprise, 26% ont changé de poste ou 18% ont carrément changé d’entreprise. Et ces changements, 76% des Français ont le sentiment d’en vivre de plus en plus.

Des résultats qui sont un peu plus accentués pour la seule catégorie des cadres qui exercent des fonctions managériales. Tous ces changements sont avant tout le fait des individus (pour 45% des Français et 52% des managers), du gouvernement (28% des Français et 27% des managers), les entrepreneurs (27% des Français et 36% des entrepreneurs) ou encore les inventeurs (25% des Français et 31% des managers). Mais des syndicats, dernier de la liste (4% des Français et 3% des managers) ou des partis politiques (5% des Français et des managers).

Les changements climatiques et écologiques sont ceux qui auront le plus d’impact pour les Français (54%), devant la digitalisation, les objets connectés et l’intelligence artificielle (47%), un duo de tête inverse de celui des managers qui placent les nouvelles technos en numéro un (60%) devant l’environnement (54%). Des changements qui ont avant tout un impact au niveau national (44% et 47%) puis local (35% et 33%).

● Les Français sont pessimistes quand les managers sont optimistes

On observe une dichotomie quant à l’avenir de la société française. Si 55% des managers sont optimistes, quelque 52% des Français sont en revanche pessimistes. Les actifs croient à 56% en l’avenir de leur entreprise (76% dans le commerce, 61% dans le privé), versus 60% des managers (75% dans l’industrie et 66% dans le privé). Les Français sont en revanche optimistes à 65% sur leur avenir personnel (79% des étudiants, 76% des CSP+, 72% dans le privé, 71% des 35-49 ans), là encore un peu moins que pour les managers qui le sont à 82%.

Lire l'article depuis la source

x

Check Also

Raphaël Enthoven: «Les nouveaux censeurs progressistes nous préparent un enfer»

FIGAROVOX/ENTRETIEN – Qu’il heurte ou qu’il éclaire, c’est toujours avec une profonde légèreté que le ...

Partages