Accueil | Actualité | Marine Le Pen va porter plainte après la tentative d'incendie de son QG

Marine Le Pen va porter plainte après la tentative d'incendie de son QG

Le rez-de-chaussée de l’immeuble accueillant le QG de campagne de Marine Le Pen à Paris a fait l’objet, dans la nuit de mercredi à jeudi, d’une tentative d’incendie sans gravité, et un tag faisant mention du FN a été retrouvé, rapporte l’AFP. Les pompiers sont intervenus peu avant 3 heures du matin dans une agence d’assurances située au rez-de-chaussée du 262 rue du Faubourg Saint-Honoré pour un feu «rapidement maîtrisé» qui a «dégradé une porte et un paillasson», a indiqué un porte-parole des pompiers. L’origine du feu n’est «pas naturelle, probablement d’origine criminelle», a précisé une source policière. Une inscription «FN vs KLX» avait été taguée sur la façade. Un groupe affirmant s’appeler «Combattre la xénophobie» a contacté l’AFP pour revendiquer cette action, menée selon lui à l’aide «de cocktails Molotov». L’interlocuteur a également déclaré avoir mené une action similaire au siège du quotidien d’extrême droite Présent. «Ça va continuer tous les jours jusqu’aux élections», a ajouté l’interlocuteur, qui ne s’est pas présenté.

Contactée jeudi par Le Figaro, la présidente du Front national a indiqué avoir l’intention de porter plainte tout en s’étonnant avoir été informée de cette tentative d’incendie en écoutant BFMTV ce matin. «Les services de l’Etat ne nous ont pas contactés pour nous en informer», a-t-elle ajouté sur France 2. Au Figaro, elle pointe du doigt «les groupes d’extrême gauche qui s’agitent en fin de campagne. Ils agissent dans une impunité totale, depuis des mois, avec la complaisance du gouvernement» a accusé la candidate à la présidentielle, en estimant qu’un tel acte visant un bâtiment occupé, en plein cœur de la capitale, était «criminel» et relevait, selon elle, de la cour d’assises.

Vers un renforcement du dispositif de sécurité?

Selon son service de sécurité, le Front national avait réclamé une «surveillance statique» devant la QG, impliquant l’installation de barrières et d’un véhicule de police en veille. «Ils ont refusé», déplore-t-on au sein du parti où l’on fait valoir par ailleurs que les rassemblements du FN ont été désigné comme des «cibles de choix» par al-Qaida et l’Etat islamique.

Sur France 2, Marine Le Pen a visé le gouvernement, accusé de ne pas prendre pour cible les groupuscules d’extrême gauche, qui, affirme-t-elle, agissent «en toute impunité depuis des mois». «J’ai réclamé à plusieurs reprises, depuis des mois, la dissolution de ces groupuscules qui sont extrêmement violents», a-t-elle martelé.

Au même moment sur RTL, le ministre de l’Intérieur Matthias Fekl a dénoncé sur RTL «des actes inacceptables». «Le débat démocratique se traduira dans les urnes, c’est là que chacun doit faire ses choix. Nous sommes en lien avec l’équipe de la candidate du Front national, dès hier soir, et nous verrons s’il y a lieu, le cas échéant, en lien avec eux, de renforcer les dispositifs de sécurité», a-t-il affirmé, contestant ainsi la version de la candidate.

Lire l'article depuis la source

x

Check Also

Cherchez la femme met tout voile dehors

Née en Iran d’un père horticulteur et communiste, qui a été prisonnier politique, et d’une ...

Partages