Accueil | Actualité | Mondial-2023: Laporte "a écrit" à World Rugby pour contester le rapport

Mondial-2023: Laporte "a écrit" à World Rugby pour contester le rapport

PARIS (AFP) – 

nard Laporte, le président de la Fédération française de rugby (FFR), « a écrit à World Rugby », la Fédération internationale, afin que le rapport recommandant l’Afrique du Sud pour l’organisation du Mondial-2023 soit modifié, a-t-il annoncé vendredi dans un entretien à l’AFP.

La France, l’Irlande et l’Afrique du Sud, les trois candidates, seront départagées sur un total de 39 voix le 15 novembre à Londres, au cours d’un vote à deux tours.

Interrogé par ailleurs sur les tests d’automne du XV de France, l’ex-sélectionneur (2000-2007) affirme que son successeur Guy Novès « n’a eu aucune consigne » pour constituer son groupe et que le deuxième match des Bleus face à la Nouvelle-Zélande, le 14 novembre à Lyon, seulement trois jours après le premier, « est une bonne chose ».

QUESTION: Qu’avez vous fait depuis mardi et la publication de ce rapport défavorable à la France ?

REPONSE: « On a analysé le rapport: il y a six points qui font qu’on est derrière l’Afrique du Sud, surtout deux sur lesquels ce n’est pas possible. Il y a d’autres points, comme le fait qu’on dise que 20% de nos bénéfices serviront au développement du rugby dans le monde, qui ne sont pas pris en compte. On nous dit que nos hôtels sont moins bien qu’en Afrique du Sud alors qu’on est le pays le plus visité au monde. On nous dit qu’à Saint-Etienne, il n’y a pas assez de chambres, alors qu’ils ont organisé le championnat d’Europe de football il y a un an. On nous dit que les stades sont moins bons qu’en Afrique du Sud, alors qu’ils sont neufs. On est moins bien notés sur le dopage parce qu’on nous dit qu’on est trop sévères! Sur la sécurité, on est au même nombre de points alors qu’il y a 52 morts par jour en Afrique du Sud. C’est un truc de fou! Nous avons donc écrit à World Rugby et à Bill Beaumont pour avoir des réponses à ces questions et pour que ce soit changé, c’est-à-dire que la France soit placée devant. Et on a envoyé ce courrier à toutes les fédérations. C’est parti aujourd’hui. »

Q: Que vous ont dit ceux qui comptent, c’est-à-dire les présidents de fédération ou de confédération qui voteront ?

R: « Les quelques-uns que nous avons eus au téléphone ne comprennent pas. Ils disent que ce n’est pas possible. Il y a trois nations majeures qui nous ont dit: on s’en fout de leur rapport. On l’analyse et on tranchera. »

Q: Beaumont semble clairement appuyer l’Afrique du Sud…

R: « Il n’a pas appuyé l’Afrique du Sud, on ne va pas l’incriminer. Il a dit: aujourd’hui, l’Afrique du Sud est favorite. On va lui dire: non, ce n’est pas vrai. Et surtout, ce n’est pas aux salariés (de World Rugby) de voter, c’est aux élus. C’est là-dessus que nous allons insister auprès des présidents de fédération. »

Q: Le vote aura lieu au milieu d’une semaine très chargée pour le XV de France: quatre jours après le premier France-Nouvelle-Zélande, un jour après le second. Comment sentez-vous le groupe ?

R: « Guy (Novès) est content. Il y a de nouvelles têtes, je trouve que cela apporte un vent nouveau. »

– Lyon, ‘opportunité merveilleuse’ –

Q: Lui avez-vous parlé en amont des joueurs appelés ?

R: « Il n’y a eu aucune consigne. Moi, je n’interviendrai jamais. Un président, il préside. Il ne sélectionne pas. Mais j’ai donné mon avis. J’ai dit: je vois des mecs, des jeunes, qui s’imposent dans leur club. Osons, il faut peut-être les voir! Je n’ai pas dit qu’il fallait prendre un tel ou un tel. De toute façon, c’est ce qu’il avait envie de faire aussi. Au sortir des trois matches en Afrique du Sud, il fallait bien qu’il modifie quelque chose. Tu ne peux pas continuer comme cela. »

Q: Le 2e match contre la Nouvelle-Zélande à Lyon oblige à une gymnastique délicate avec deux listes. Est-ce bien lisible pour le grand public ?

R: « Ce n’est pas compliqué, ce n’est pas le plus simple non plus. Mais un, ça nous fait une recette et deux, ça permet à des joueurs de jouer contre les All Blacks. Quand ils vont mettre le maillot, ils vont vouloir montrer à Guy Novès qu’ils méritent d’être en équipe de France. L’opportunité est merveilleuse. C’est une sélection, ce n’est pas une équipe de France, une sélection qui va jouer contre les Blacks. »

Q: Ce match n’aura cependant pas valeur de test.

R: « Oui, on n’a jamais dit le contraire. C’est un match de semaine. Mais tout est réuni. Premièrement, cela va permettre au sélectionneur de voir 15-20 joueurs de plus. Deuxièmement, Lyon est plein car on a envie de voir les All Blacks. Troisièmement, c’est une recette pour la Fédération et le monde amateur. Tout est réuni pour que l’expérience soit reconduite, peut-être pas un mardi. Ce sera peut-être plus simple un mercredi. C’est une bonne chose. »

Q: Ne craignez-vous pas la préparation très courte pour ce 2e groupe, réuni seulement trois jours avant ?

R: Et comment je faisais, moi, pendant huit ans (comme sélectionneur, NDLR)? On arrivait en Nouvelle-Zélande le mardi et on jouait le samedi. On se plaignait ? Il fallait récupérer le décalage horaire. Là, ils n’ont aucun décalage, ils ont quatre jours et ils sont frais. »

Propos recueillis par Pierrick YVON

© 2017 AFP

Lire l'article depuis la source

x

Check Also

Rugby: le XV de France s'incline de nouveau, contre Afrique du Sud (17-18)

SAINT-DENIS (AFP) –  Le XV de France a concédé une sixième défaite de suite, dont cinq ...

Partages