Accueil | Mobile et HighTech | Orange va réduire les effectifs de ses centres d’appels

Orange va réduire les effectifs de ses centres d’appels

Arguant d’une baisse annuelle du nombre d’appels de clients dans ses centres d’appels, Orange va réduire les effectifs dédiés. L’annonce a été faite dimanche par le PDG de l’opérateur, Stéphane Richard, lors de l’émission « Le Grand Jury » RTL-LCI-Le Figaro.

Pas de coupes claires ? « On va réduire progressivement les effectifs dans les centres d’appels, je ne vous dis pas qu’on va fermer tel site ou tel site », a ajouté le dirigeant. Il ne s’est pas exprimé, toutefois, sur le nombre de postes menacés, pas plus que sur un calendrier.

Le dirigeant dit vouloir s’adapter « année après année aux besoins avec un objectif : assurer la meilleure qualité de service du marché ». Concernant le support, les abonnés de l’opérateur s’orientent désormais davantage vers l’assistance par Internet, plutôt que téléphonique.

Moins 10% d’appels

L’opérateur emploie aujourd’hui 20 000 personnes dans ses centres. Des centres confrontés à une baisse des appels, l’assistance par Internet ayant le vent en poupe. « On a un nombre d’appels dans les centres qui est réduit fortement de plus de 10% chaque année, ça n’aurait pas de sens de conserver les mêmes effectifs », a expliqué Stéphane Richard.

Le groupe de télécommunications emploie 140 000 personnes dans le monde, dont 90 000 en France. Globalement, les effectifs baissent « légèrement chaque année », a ajouté le PDG d’Orange. Mais « on ne fait pas de plan social, on ne taille pas dans les effectifs comme d’autres le font », a-t-il déclaré. Taclant, sans le nommer, le concurrent SFR-Altice

Orange, de son côté, dit privilégier le non-remplacement de salariés partant en retraite. Tout en recrutant, parallèlement, « 10 000 nouveaux collaborateurs chaque année ».

Lire également :

Déploiement 4G : Orange en super forme, Free accélère

Résultats Orange : belle performance pour les offres mobiles en France

crédit photo © chainarong06 / Shutterstock

Lire l'article depuis la source

x

Check Also

AMP : Google ne veut plus de pages « accélérées » dégradées

Google ne veut pas qu’AMP rime avec contenu dégradé. Rappelons que l’Accelerated Mobile Pages vise ...

Partages