Accueil | Actualité | Pénicaud interpellée sur la baisse des emplois aidés

Pénicaud interpellée sur la baisse des emplois aidés

PARIS (AFP) – 

Muriel Pénicaud a longuement défendu mardi la baisse du nombre de contrats aidés, lors de la présentation du budget de son ministère du Travail à l’Assemblée nationale, en réponse aux vives critiques de députés de l’opposition.

« Notre responsabilité collective, que ce soit pour le gouvernement et le Parlement, c’est de faire de ce dispositif quelque chose d’efficace pour les jeunes et les demandeurs d’emploi », a-t-elle plaidé devant les députés, après avoir présenté le budget 2018 de son ministère.

Ce budget doit s’établir à 15,2 milliards d’euros, en baisse de 9%, essentiellement à cause de la réduction du nombre de contrats aidés, qui passera en 2018 à 200.000, exclusivement dans le secteur non marchand, pour une enveloppe de 1,4 milliard d’euros, contre 280.000 cette année. Il s’agit d’une baisse d’un milliard d’euros.

Lors de l’audition qui a duré près de trois heures devant la commission parlementaire, Mme Pénicaud a rappelé que l’ambition du gouvernement était de « calibrer » les contrats aidés afin qu’ils soient « des tremplins » vers l’emploi grâce à un accompagnement systématique et à la formation. Elle a également rappelé que ce dispositif sera utilisé en « priorité » dans les territoires ruraux et d’outre mer, ou encore dans certains secteurs (sanitaire, social).

« Surtout, au lieu que les contrats aidés soient des guichets ouverts pour toute association qui en demande, il faudra qu’il y ait un projet d’insertion, d’accompagnement et de formation », a-t-elle martelé.

La ministre a déploré qu’au « fil des années » se soit installé un système « malsain » où les associations « sont devenues dépendantes –pour certaines entièrement dépendantes– des contrats aidés, donc de contrats précaires où on emploie des gens qui cherchent à accéder à des emplois pas précaires ».

Des arguments que n’ont pas entendus les députés de l’opposition.

« Nous condamnons sans réserve le choix brutal et idéologique de réduire de façon drastique le nombre des emplois aidés », a réagi le socialiste Boris Vallaud. « Votre décision a mis en grande difficulté des territoires entiers, des associations sportives, culturelles, des Ephad », a cité le député de la Nouvelle gauche.

De son côté, Pierre Dharréville (GDR) a souligné que la baisse de ce dispositif « va priver notre pays d’un travail social utile.

Laurence Dumont (Nouvelle gauche) a également vivement dénoncé une « mesure incompréhensible » qui « fragilise tout le tissu associatif ».

De son côté, Eric Coquerel (France Insoumise) a critiqué le budget dans sa globalité, qualifiant de « catastrophique » la réduction prévue en 2018, mais aussi en 2019 et 2020. La baisse des contrats aidés ont considéré par ce député comme « un des plus grands plans sociaux de l’histoire économique française ».

© 2017 AFP

Lire l'article depuis la source

x

Check Also

Le Français Alexis Pinturault remporte la médaille de bronze en slalom géant

Alexis Pinturault a décroché, dimanche, la 8e médaille française des Jeux olympiques de Pyeongchang en ...

Partages