Accueil | Actualité | Présidentielle : "Il ne doit plus y avoir de primaires dans les partis de gouvernement", estime François Hollande

Présidentielle : "Il ne doit plus y avoir de primaires dans les partis de gouvernement", estime François Hollande

C’est par le processus des primaires que François Hollande est devenu le candidat socialiste à l’Elysée, en 2012. Cinq ans plus tard, le chef de l’Etat n’est plus favorable à ce scrutin interne aux partis. « De cet épisode [des primaires en vue de l’élection présidentielle 2017], je tire une conclusion : il ne doit plus y avoir de primaires dans des partis de gouvernement, a affirmé François Hollande dans un entretien au Point, jeudi 13 avril. Sinon, il n’y aura bientôt plus de parti de gouvernement dans ce pays. »

« [Les partis de gouvernement] sont devenus fragiles et doivent retrouver une légitimité par eux-mêmes, pas en choisissant leurs candidats à vau-l’eau, comme aurait dit le général de Gaulle », a ajouté le chef de l’Etat, faisant allusion à la victoire de François Fillon à la primaire organisée par Les Républicains et à celle de Benoît Hamon dans la compétition initiée par le PS.

François Hollande s’est également dit opposé à la participation d’un président en fonction à la primaire de son parti. « La primaire est totalement antinomique de la fonction présidentielle, a-t-il estimé. Il est impossible d’être président et, en même temps, candidat à une primaire, dans les formes que nous avons connues. »

François Hollande avait pourtant donné son accord pour passer par la case primaire s’il était candidat à sa propre succession. « Je pensais qu’il n’y en aurait pas parce qu’elle n’avait pas lieu d’être », a admis le chef de l’Etat pour la première fois.

Lire l'article depuis la source

x

Check Also

Affaire Lactalis : des perquisitions en cours au siège du groupe à Laval et dans l'usine de Craon

Plusieurs perquisitons ont lieu mercredi au siège du géant laitier Lactalis à Laval et dans son usine ...

Partages