Accueil | Actualité | TRIBUNE. 12 propositions pour un contrat de refondation du PS

TRIBUNE. 12 propositions pour un contrat de refondation du PS

Le « Manifeste pour un progrès partagé » rassemble des militants et responsables socialistes dans tous les territoires. Cette démarche est initiée notamment par les responsables des plus grosses fédérations du PS, Sébastien Vincini (Haute-Garonne) et Emmanuel Grégoire (Paris), la députée du Tarn-et-Garonne Valérie Rabault, Gabrielle Siry (secrétaire nationale à l’économie) ou encore Willy Bourgeois (conseiller régional de Bourgogne-Franche-Comté). Elle ambitionne de repenser radicalement le mode du fonctionnement du Parti socialiste, préalable à la redéfinition de sa doctrine. Leur rassemblement constitue également une réponse à la personnalisation du congrès.

Douze propositions pour un contrat de refondation du PS

« L’année qui se termine laisse le mouvement socialiste français en grande difficulté. La déroute électorale du printemps marque l’aboutissement d’un épuisement idéologique, d’une incapacité d’adapter notre vision du monde et nos moyens d’action aux grands changements. Le tout est accentué par une confiance rompue avec notre électorat.

Face au malheur militant, alors que tant se sentent oubliés ou peu écoutés par les dirigeants nationaux, nous proposons aujourd’hui de révolutionner notre parti. C’est la seule solution et c’est notre dernière chance, car c’est le seul moyen de le faire revivre, en rompant avec ses codes, sa bureaucratie, son excessive centralisation, son manque criant d’imagination et son incapacité phénoménale à renouveler son incarnation.

Cette révolution s’accompagne d’une rupture méthodologique qui passe par un rapport nouveau avec les territoires. À tous ceux qui prônent le renouvellement politique mais lancent des « mouvements » autocratiques et centralisés, nous opposons la confiance dans les militants du quotidien et la force des territoires. Notre « Manifeste pour un projet partagé » croit en eux, en leur capacité d’imagination, en leur créativité, et en la capacité des nouvelles technologies à les mettre en commun.

Nos camarades attendent un parti ouvert, moins centralisé, moins verrouillé ; plus uni, plus innovant, plus subversif, plus audible, plus populaire. C’est au service de cette révolution de notre organisation, que nous leur soumettons ces douze propositions, issues des travaux menés par les militants dans les territoires ces derniers mois, qui pourraient constituer notre contrat de refondation :

  1. Un parti décentralisé, pour donner plus de place et de visibilité aux territoires, avec des instances simplifiées, pour faire reculer la bureaucratisation du parti, pour permettre des prises de positions plus rapides, plus claires, plus transparentes, mieux partagées.
  2. Une démocratisation de notre organisation pour mieux prendre en compte les décisions et les aspirations des militants : avec notamment la présentation et le vote du budget par les instances élues au niveau national et local, la publication obligatoire de l’ensemble des résultats des votes militants, la prise en compte des consultations militantes dans la définition des choix stratégiques de notre formation, la baisse du seuil du référendum d’initiative militante à 500 militants issus de différentes fédérations.
  3. L’ouverture gratuite aux sympathisants qui pourront s’engager en ligne, pour être ainsi rattachés à une section locale et avoir accès à toutes les informations et invitations, le droit de vote restant réservé aux adhérents. `
  4. La primaire, bien que représentant une avancée démocratique incontestable, s’est muée en machine à diviser et à éliminer dans le contexte politique récent. Tout en conservant ce mode de désignation démocratique, une réflexion doit être engagée : il s’agit de retrouver le rôle de promotion et propulsion du projet du candidat ou de la candidate désigné.e. Un socle commun programmatique devra d’ailleurs être préalablement élaboré par le parti pour engager l’ensemble des candidatures dans un cadre politique partagé.
  5. La création d’une plate-forme des gauches, des progressistes et de la société civile, pour créer un espace de dialogue et de convergences avec tous les acteurs qui partagent les mêmes valeurs que nous, captant et faisant émerger les idées partout sur les territoires, renouant avec le monde de la création, les intellectuels.
  6. Le non cumul dans les fonctions internes comme arme de renouvellement massif : il est proposé de limiter dans le temps le cumul d’un mandat dans les instances fédérales ou nationales ; le nombre d’élus et de collaborateurs d’élus dans les instances dirigeantes pourra être plafonné afin d’assurer une diversité de représentation.
  7. Le tirage au sort comme mode de désignation d’une partie de nos instances nationales et fédérales. Cela permet à la fois de les ouvrir à des militants qui ne sont membres d’aucune motion, qui ne cherchent pas à maîtriser les codes de l’organisation, et qui apportent un regard neuf et spontané, dont le parti n’est pas l’activité principale. Chacun aura sa chance, sans besoin d’obtenir un laisser-passer des dirigeants en place. Ces mêmes instances seront complétées de « personnalités qualifiées » pour profiter de l’expérience de responsables associatifs, syndicaux, professionnels ou retraités disposant d’une compétence spécifique correspondant aux besoins du parti.
  8. Pour un parti bienveillant et accueillant, mettons en œuvre une politique de détection et de promotion des nouveaux talents dans les territoires, pour renouveler et rajeunir radicalement nos dirigeants et nos candidats. Ce critère s’ajoutera à celui de la diversité déjà mis en œuvre dans la composition des différentes listes. Cette politique de détection a pour corolaire un droit à la formation militante, garanti par trois leviers : la mise en place d’un MOOC socialiste, c’est-à-dire une plateforme numérique de formation, collaborative ; un parcours militant mis en place par toutes les fédérations ou sections ; et une obligation pour les élus, en contrepartie de leur investiture, d’assurer des sessions de formation sur leurs domaines de compétence. Nous devons généraliser les systèmes de parrainage des nouveaux adhérents par les anciens pour transmettre la culture militante et générer de la convivialité.
  9. L’imprégnation généralisée des Civic tech dans notre fonctionnement pour permettre aux adhérents, via une plateforme numérique, de favoriser l’auto-organisation des initiatives militantes ; de partager les innovations issues des territoires ; de saisir les instances ou les élus via un droit de pétition, ou un référendum d’initiative militante ; d’être consulté en permanence sur la position du parti en votant (référendum militant) ou en co-construisant une position à soumettre au vote. Le recours au vote électronique sera généralisé pour les consultations thématiques, il sera envisagé pour faciliter la participation aux investitures.
  10. La création d’un pôle « rénovation des pratiques et des idées » au sein de la direction du PS qui mettra en œuvre un agenda de transformation sur le volet des outils numériques, de la communication, des réformes statutaires et de l’élaboration de propositions sur les sujets d’avenir (intelligence artificielle, impact de la transition numérique sur le travail et la protection sociale…). Ce pôle aurait également pour mission de collecter et de participer à la diffusion de toutes les bonnes idées au niveau local et de coordonner une plateforme de tracts, une centrale d’achats…
  11. La création d’un pôle ressource national « reconquête des territoires » qui mettrait à disposition des fédérations une analyse électorale, cartographique, sociologique et politique ainsi que des moyens humains, logistiques et financiers dédiés.
  12. Les instances nationales doivent refléter l’importance mais aussi la diversité des territoires de notre pays.

Le collectif « Manifeste pour un progrès partagé« 

L'Obs

Lire l'article depuis la source

x

Check Also

Jack Lang affiche son soutien à Woody Allen, accusé d'agression sexuelle par Dylan Farrow

POLITIQUE – Le témoignage de Dylan Farrow, qui accuse son père adoptif Woody Allen d’avoir ...

Partages